HISTOIRE D’AVESNELLES

(source: »Histoire d’Avesnelles, village du Hainaut » de Monsieur Jean-Pierre MICHAUX)

 

L’histoire d’Avesnelles prend ses racines au début de l’humanité. Des découvertes archéologiques permirent de mettre au grand jour une présence réelle (sinon importante) à l’époque préhistorique, d’une grotte au lieu-dit le camp de César, ainsi que deux silex déterrés en 1937 au lieu-dit « le Quesne Mennechet ».

Le Cattelet (du latin Castellum – petit camp), plus communément appelé camp de César fut un camp retranché nommé oppidum, façonné par les ingénieurs militaires romains afin d’en faire un ouvrage de défense et d’observation. Le témoignage de ces anciennes activités humaines est matérialisé par la découverte en 1905 de trois piécettes d’or.
Cet ancien poste militaire fut utilisé au cours des siècles suivants en tant que cantonnement occasionnel, par les troupes Françaises et étrangères.

Cependant, la première indication tangible du nom d’Avesnelles (dont la terminaison en « elles » souligne le diminutif) ou petit Avesnes, remonte au XIème siècle, lorsque satellite d’Avesnes, la population venait chercher asile et sécurité auprès du seigneur d’Avesnes.
En cette époque féodale, cette sécurité avait un prix dont la rétribution s’effectue sous la forme d’un impôt « la dîme ».

L’histoire garde le nom de l’un de ces Seigneurs, Wédric le barbu qui bâtit le château sur le rocher dominant l’Helpe (où siège l’ancien Palais de Justice).

Ce n’est qu’au XVème siècle, qu’Avesnelles contruisit un mur d’enceinte autour de l’église. Cette forteresse fut érigée à l’emplacement de l’actuelle mairie. Construite en brique, elle comportait deux étages, recouverte d’un toit pointu abritant un grenier dont deux lucarnes offraient à une sentinelle, un formidable poste d’observation.
Par l’édification de cette forteresse, Avesnelles fut pourvue d’un ouvrage défensif, lui permettant ainsi de pourvoir à la sécurité de ses habitants.
En 1475, Louis XI donna ordre au connetable de France, Louis de Luxembourg, de prendre Avesnes. La tentative se solda par un échec.

Le 15 mai 1475, par crainte d’un nouveau siège de la ville et par mesure préventive, le Seigneur de Lens, capitaine d’Avesnes, brûla les faubourgs de Haut-Lieu et Avesnelles afin que les soldats Français ne puissent se loger. Finalement, en 1477, la ville fut prise et détruite par Louis XI. Il est probable qu’un contingent d’Avesnelles ainsi que tous les villages aux alentours, participent à la bataille dans le cadre du service d’ost dû au Seigneur. S’ensuit par la suite, succession de tentatives de pillages, de la part des soldats Français.

En 1556, le château et la banlieue d’Avesnes (dont Avesnelles) passèrent sous domination Espagnole par tractation auprès de Philippe III de Croy, actuel Seigneur d’Avesnes.
Le traité des Pyrénées en 1659, qui met fin à la guerre avec l’Espagne donne Avesnelles à la France.

En 1667, Louis XIV fit une visite royale à Avesnes, l’escorte royale, composée en partie de dragons commandée par le duc de Lauzin, campa au camp de César.
La guerre de la ligue d’Augsbourg, dont la coalition regroupe l’Angleterre, l’Autriche, l’Espagne et la Flandre contre le roi de France, toucha Avesnes et sa région. Les principaux combats furent livrés dans la partie belge du Hainaut. Les incrusions de l’ennemi donnèrent lieu à de nombreuses exactions en Avesnois.

Au début du XVIIIème siècle, d’importants travaux routiers furent exécutés, par les paysans réquisitionnés par l’intendant de la province. Ces corvées esquissèrent les divers chemins et axes qui desservirent Avesnelles aux autres villages.

L’administration communale est assurée par le mayeur ou maieur dont le titre équivaut à celui de Maire. La désignation du mayeur dont le mandat n’excède rarement deux ans, se fait au sein des familles aisées, ce qui implique que la fonction est héréditaire. Il est l’intermédiaire entre le Lieutenant du Roi et les administrés, sa tâche est de répartir de façon équitable les taxes fiscales.
Sur ordre du Roi Louis XIV fut créée une milice financée par la taille. Cet impôt assujettie par les exemptés, impose le service militaire aux célibataires âgés de moins de quarante ans. La responsabilité incomba au mayeur de lever les miliciens.

Lieux importants d’Avesnelles :

Eglise Saint-Denis

Date de construction : XVIème siècle.
Matériaux : Pierre Bleue
Description : L’église Saint Denys fut construite au centre de l’ancien cimetière d’origine mérovingienne. Elle possède une tour porche carrée du milieu du XVIème siècle pouvant servir de refuge à la population. Le choeur est refait vers 1760, alors que les chapelles latérales datent de 1590. Le chanoine Carlier trouvant que l’édifice n’était plus assez important pour la population de la paroisse, fit construire en 1938 les bas-côtés.

La chapelle de l’Ange-gardien

Date de construction : 1693
Matériaux : Pierre bleue
Emplacement : Cense de la cour Saint Denys
Description : Selon la tradition, un homme juché sur une charrette transportant des tonneaux de bière serait tombé dans un étang voisin. L’intervention de son ange-gardien lui aurait sauvé la vie. Il aurait alors fait construire cet édicule sur le lieu du miracle. A cause de travaux routier la chapelle a été déplacée. L’inscription porte le chronogramme suivant : « gVIDe alMabLe, faites / eXaVCER NOS VoeVX ».

L’Auberge de l’Ecossais

Date de construction : Vers 1700
Matériaux : Pierre bleue et brique
Emplacement : route d’Etroeungt
Description : Selon la tradition, un ancien soldat de Louis XIV d’origine écossaise installe une auberge à cet endroit, à la fin du XVIIème siècle. Le lieu-dit continue de s’appeler « l’Écossais ». Située hors de la ville, l’auberge évite les droits d’octroi ; en revanche elle doit respecter les servitudes militaires et ne pas avoir d’étage. Cela explique la présence d’un toit à la Mansart, qui permet de contourner les exigences du génie militaire.

La Mairie

Date de construction : 1848
Matériaux : Pierre bleue et briques
Description : Comme beaucoup de mairie de l’Avesnois, la mairie d’Avesnelles est construite en 1848, en même temps que l’école. Elle est située à l’emplacement d’un ancien fort du XVIème siècle destiné à servir de refuge à la population en temps de guerre. Ce bâtiment qui sert alors aussi de Mairie, n’est plus adapté aux besoins de la commune qui doit construire une école en vertu de la loi Guizot.

La chapelle de Notre Dame de Walcourt

Date de construction : 1861
Matériaux : Pierre bleue et brique
Emplacement : Rue Charles Sery
Description : La chapelle Notre Dame de Walcourt est située à l’entrée de la filature Péqueriaux fondée en 1873. Elle doit sa construction à Auguste Wagnier, qui la fait ériger en 1861. C’est là que les ouvriers des filatures voisines fêtent la Saint-Louis. Walcourt est une localité de l’Entre-Sambre et Meuse, où se trouve une statue de la Vierge du XIIIème siècle, objet d’une grande vénération.

La Villa Michel

Date de construction : 1890
Matériaux : Pierre et Brique
Emplacement : Rue Ingelrans
Description : Après le démantèlement de la place forte d’Avesnes-sur-Helpe, intervenu en 1873, les habitants peuvent utiliser les terrains proches des anciennes fortifications pour construire des hôtels particuliers ou des villas. La Villa Michel est un bon exemple de ces constructions cossues avec cour et jardin. Lorsque l’état major allemand s’installe à Avesnes-sur-Helpe pour diriger les offensives allemandes de mars et juillet 1918.